29 avr. 2020

Un hiver pour s'écrire

Hello, on se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle chronique, et je pense que vous l'aurez deviné, on va parlé d'un roman épistolaire. (D'où mon choix de police, pour changer)

Auteur: Angeles Donate
Edition : Calmann Levy
Nb de pages: 334

Mots de l'éditeur : 
S'écrire pour mieux s'aimer .... 
L'hiver arrive dans le petit village de Porvenir (en Espagne) et, avec lui, une mauvaise nouvelle : le bureau de poste va fermer. Comme partout, la technologie a pris le pas sur les lettres et les gens ne s'écrivent plus. 
Sara, mère célibataire de trois enfants, est la seule factrice du hameau. Elle s'apprête donc à quitter sa terre adorée pour la capitale. C'est sans compter la détermination de sa voisine et amie de quatre-vingts ans, Rosa, dont le coeur se brise à l'idée de son départ. La vieille dame concocte alors un plan pour sauver la poste de Sara en encourageant tous les habitants à se remettre à écrire des lettres ! Déclarations d'amour, règlements de comptes et secrets enfouis sont soudains couchés sur le papier, bouleversant d'émotion tous les villageois. 
Un roman charmant, qui nous parle du pouvoir des mots et des petits gestes qui apportent le bonheur dans nos vies

Mon avis: 
J'ai trouvé cette histoire plutôt intéressante même si par moment, je le trouvais lourd... Avec beaucoup de répétition dans les lettres (ce qui en soit est normal, puisque chaque personne écrit anonymement et donc il réexplique "la consigne" de cet échange)
L’écriture est assez fluide... et ce que je trouvais fort sympa, c’était le fait de découvrir un nouveau personnage à -et- après chaque lettre.
J'ai aimé suivre notre postière Sara, qui découvre toute ces lettre anonyme au fur et a mesure, jusqu'au moment où elle en ouvre une (Je m’arrête là car j'en ai déjà trop dit 😅, si vous voulez en savoir plus, je vous invite fortement à allez lire le livre). Et que elle, la maman célibataire, ferait apparemment craqué une personne.
Enfin, pour finir, j'ai beaucoup aimé suivre l'histoire d'amour de Alma et Alex qui se forme tout au long de l'histoire. 
Bref, en résumé, j'ai beaucoup aimé les personnages et le lien qui est présent entre eux, mais j'ai beaucoup regretté le fait qu'il y ai des répétions. 
Amicalement,
Melissa
Ma note : 14/20



22 avr. 2020

Une Rue en Amerique, Broadway

Hey, salut à toi ! Aujourd'hui, on va parler pour la premiere fois sur le blog de BD.

Auteur : DJIEF
Editions : Quadrants / Le Soleil (parut en juin 2014)
Nb de pages : 48

Mots de l'éditeur:
(tome 1)
Carrefour entre les extravagances du music-hall et les « speakeasies » baignant dans les vapeurs prohibées d'alcool frelaté, Broadway ne dort jamais. Ses façades parées d'enseignes lumineuses attirent les hommes et les femmes qui vouent un culte à la nuit. Gangsters, écrivains, danseuses, nouveaux riches ou célébrités, tous se donnent rendez-vous sur la « grande voie blanche », animés d'un même désir : saisir le rêve et le faire sien. Le « Chapman's Paradise » est fermé momentanément : à la mort de Walter, Lenny et George Chapman décident de reprendre la direction de l'établissement. Mais le suicide de l'aîné des trois frères a couvert le club d'une mauvaise aura : il est déserté par ses chorus girls, et les deux frères ne connaissent pas encore grand-chose au monde du showbiz. Faisant fi de leur inexpérience, Lenny et George font le pari de rassembler une nouvelle troupe, et surtout de faire du cabaret un lieu incontournable de Broadway. Fanny King, une chorus girl ingénue et un peu distraite, s'est fait renvoyer du club qui l'employait à cause de son animal de compagnie. Mais la jeune femme est d'une nature optimiste et entreprenante ; ses recherches la mènent tout droit au Chapman's Paradise...


(tome 2)
Le Chapman's Paradise est anéanti : le minable directeur artistique a causé l'effondrement de la scene en pleine representation. Les danseuses sont au chômage, et les frères Chapman, en plein désarroi. Pourtant, la grande rue blanche continue de les hypnotiser. Il faudrait juste trouver une idée de spectacle vraiment nouvelle… et trouver de l'argent. Peut-être en revendant l'usine familiale…?

Mon avis:


Pour cette BD, je fus plutôt ravie sur le plan des planches qui la compose. L'histoire est rapide et assez fraîche. 
Entre les deux tomes, j'ai largement préféré le tome1 qui me parait plus travaillé sur le plan de l'histoire que le tome 2. 
Oui, j'ai vraiment trouvé le tome 2 bâclé, surtout sur à la fin. 
Cette histoire se compose uniquement que de deux tomes, et je trouve cela dommage que l'auteur donne une sensation de bâclage aux lecteurs. J'ai eu l'impression que la fin était la juste pour dire qu'il y avait une fin. Personnellement, je m'attendais à plus de combat de la part de Miss Hunter pour récupérer le Chapman's Paradise dans le tome 2, puisque c'est ce que mets en place DJIEF, dans le tome 1 et par consequent, pour moi, dans le tome 1, c'est justement ce qui nous laisse envie d'aller voir le tome 2. Pour savoir le fin mots de l'histoire, pour savoir jusqu'où est capable d'aller Miss Hunter. 
C'est vraiment dommage. Je pense que tout les endroits où il y a les paroles de chanson ( que personnellement je sautais car ça me faisait chier, pardon si je suis cru) il aurait pu travailler plus la petite gueguerre entre le Night Club et Miss Hunter.
Donc en résumer , pour le tome 1, je n'ai absolument rien à dire et pour le tome 2, je trouve que la fin est bâclée.
Amicalement,
Melissa
Ma note : 11/20                            
(Même si le tome 1 à lui tout seule vaut un bon 15)



16 avr. 2020

L'oeuf du démon

Hello, aujourd'hui on va parler d'un roman de fantasy. Cette chronique sera un peu plus courte que habituellement, je pense. 


Auteur : Eric Boisset
Éditions : Plon Jeunesse ( publié en mai 2008) 
Nb de pages : 218


Mots de l'éditeur :
Zacharie reçoit par erreur un colis, qui ne lui est pas destiné et dont le nom du destinataire a disparu. Il l'ouvre et découvre à l'intérieur de ce paquet un objet mystérieux en forme d'oeuf sur lequel est inscrit une courte phrase en langue arabe...Pour percer le mystère, il va tout faire, même au péril de sa vie. Aidé de Farouk, son meilleur ami franco-marocain, Zacharie arrive à déchiffrer les inscriptions gravées sur l'oeuf. Il s'agit d'un avertissement ! Mais les jeunes décident de passer outre et sont confrontés à la présence d'un mauvais génie. Grâce à la grand-mère de Farouk, Zacharie et son meilleur ami se plongent dans les rites magiques berbères et cherchent à chasser le démon ! 
Mon avis: 
Ce roman fantasy est un livre plutôt rapide, qui se lit très facilement. Du vocabulaire riche mais adapté à tout lecteur… L'auteur a plutôt une bonne plume.
De plus, j'ai beaucoup aimé suivre ces deux jeunes dans leurs malheurs, si je puis dire ainsi, ainsi que le côté un peu décalé de la grand-mère, qui finalement les manipules autant que le "maridin" ( c'est un synonymes de djinn, demon employé dans le livre). 
Enfin, j'ai également beaucoup aimé ce mélange de culture ( française et berbère)dont nous fait part l'auteur à travers cette histoire. Je remarque que en écrivant cette chronique, que je n'ai pas spécialement de point négatif mis à part le fait que cette histoire est très simpliste mais ça je m'en doutais un peu puisque ce livre est destiné pour des lecteurs âgés de 10/12 ans.

Amicalement,
Melissa

Ma note : 14/20

11 avr. 2020

Au petit bonheur la chance !

Hello, aujourd'hui, on se retrouve pour parler d'une auteure dont on a déjà parler plusieurs fois sur ce blog, Aurélie Valognes.



Auteur: Aurélie Valognes
Edition : Le livre de poche
Nb de pages : 360
Jean 6 ans, se retrouve confié à sa grand-mère, lors de la séparation de ses parents, en 1968. Sa mère part à Paris pour trouver un emploi et reviendra le chercher. Il se retrouve chez mémé Lucette, et une formidable histoire d'amour va se dérouler entre ces deux êtres qui vont apprendre à se connaitre, à cohabiter et à s'aimer.
Encore une magnifique histoire, pleine de déception et d'amour pour un petit garçon qui apprend, d'une certaine manière, la dureté de la vie, ainsi que, à mon sens, la vraie valeur du bonheur. 

J'ai adoré suivre  Mémé Lucette et Jean, dans leur cohabitation et leur évolution à deux.
J'ai, également, aimé voir comment Jean essayait de se construire face au départ et à l'attente de sa mère. Les mois passent, puis les années, et Jean essaie de se construire son chez soi grâce à l'aide de mémé Lucette, et de sa familles, tout en découvrant sa propre signification du mot "bonheur".
Bref, encore une fois, une histoire pleine de fraîcheur qui donne le sourire.  

Pour moi, ce roman est le plus touchant de tous ces livres à l'heure actuelle (En sachant qu'il m'en reste encore deux, à ce jour, à lire ... Mon avis peut encore changer d'ici là). Jusque là, mon préféré était En Voiture, Simone !, mais ce roman vient se loger à la même place que ce dernier. Ça reste deux histoires complètement différentes mais que je trouve aussi touchante l'une que l'autre. Même si, je reste catégorique, sur le fait que Au petit bonheur la chance !, est le plus touchant dans le sens où il est plus personnel. Aurélie Valognes à la fin de son roman, nous explique qu'elle s'est inspirée de l'histoire de son père, qui fut élevé par sa grand-mère. 
Pour conclure, ce fut un vrai coup de coeur ! 

Je tiens à finaliser cet article par une citation, tirée du discours de Marie à son fils Jean: 
"Tu sais, ce n'est pas évident pour moi. Quand on est une femme, on nous autorise soit le rôle d'épouse pondeuse, soit celui de femme légère, égoïste. Tout n'est pas blanc ou noir, Jean, jamais. J’espère que tout cela changera. Pour moi, c'est trop tard, mais il y a une chance pour que les choses soient différentes pour ta fille, si tu en as une un jour. Je souhaite qu'elle soit libre. De ses choix, de son corps. Libre de vivre ses rêves. Je ne te demande pas de me pardonner, mais peut-être qu'un jour tu me comprendras."

Amicalement, 
Melissa
Ma note : 19/20


8 avr. 2020

Petite Maman

Hey, aujourd'hui on va parler de BD. 
Cette BD retrace l'histoire de la vie d'une petite fille qui est sujette à des violences familiales, et à la maltraitance. 

!!!! Ce livre est très dur à lire (même si cela n'en a pas l'air). Les personnes ayant déjà subi des violences durant leur enfance quel qu'elles soient, je vous conseil d'éviter de le lire, ou faites-le avec quelqu'un de confiance pour en parler par la suite.


Auteur : Halim Mahmoudi
Edition : Dargaud
Nb de pages : 192


Mots de l'éditeur :
Lorsque Brenda vient au monde, sa mère, Stéphanie, a 15 ans, et son père s'est déjà éclipsé. Négligée, Brenda grandit pourtant vite et apprend à se débrouiller seule. Malgré les brimades et les punitions injustes dont elle est victime, elle souhaite voir sa mère heureuse et s'occupe d'elle du mieux qu'elle le peut, à tel point que les rôles s'en trouvent inversés, Brenda devenant la « petite maman » de sa mère.


Mon avis :
Waouw …. cette BD m'a bouleversé. En écrivant ces quelques mots, j'en suis toute retourné. 
Le graphisme est juste sublime. Ce livre est touchant et nous peint le tableau d'une enfant maltraité… Je vous jure qu'on se plonge littéralement dedans. Je n'ai pu m'arrêter de le lire. 
L'auteur nous plonge dans des scènes très violentes qui font réfléchir. Et puis ce qu'on apprend du petit frère vers la fin … on s'y attend tellement pas. 
Ma chronique va ne rien vouloir dire. Pardonnez-moi si cet article part dans tous les sens. Je l'écris en même temps que les émotions me submerge tel des vagues qui viennent s'écraser sur les parois d'un rocher.
Comme je le disais plus haut, j'ai beaucoup apprécié le graphisme de ce livre. De plus, l'histoire est très bien travaillé. Ce qui est vraiment agréable lors de la lecture.
Amicalement,
Melissa

Ma note: 15/20

4 avr. 2020

Le marchand de sable T.1



Hello, on se retrouve aujourd'hui pour parler de se fameux roman dont tous le monde parle !

Auteur : Gaïa Alexia
Edition : Hugo Roman
Nb de pages : 315

Mots de l'éditeur :
Nola Nott a tellement dû croire à la légende du Marchand de Sable lorsqu'elle était enfant que, des années plus tard, il hante ses cauchemars. Précédé de papillons rouge sang et semant du sable derrière lui, Nola le sent, il n'attend qu'une chose : s'en prendre à elle.
Pour l'éviter, elle se plonge dans ses cours jusque tard dans le nuit, notamment dans ceux de mythologie nordique, cette matière qui lui donne tant de fil à retordre. Tant qu'elle est éveillée, tout va bien pour Nola, mais que se passerait-il si rêve et réalité se confondaient et que l'homme de ses cauchemars apparaissait au détour d'une rue ?
Aux heures les plus sombres, se joue une course poursuite digne de la cavalcade de la lune en pleine nuit.

Mon avis : 

Apres, tant d'avis entendu dessus ... Je l'ai enfin luuuuuu!!!! 😅 Et, maintenant je comprend pourquoi tout le monde en parle en bien car il mérite sa réputation.
Dans ce roman, on suit Nola qui fait insomnie sur insomnie de peur de faire des cauchemars et de retrouver cet homme qui l'a poursuit, quand elle dort.
On la voit galérer en cours de mythologie nordique...  Heureusement pour elle, sa prof (Mlle Sol) décide de lui donner des cours particuliers pour l'aider à remonter sa moyenne. Mais au fur et à mesure des pages on apprend, le sens caché de cette fameuse aide.
Il s’avère que Nola Nott est une déesse, mais que pour une raison ou une autre elle à tout oublié et depuis tous se temps, où elle vit dans le monde des Hommes, elle se serait "transformé" en "humaine".  On suit, également, Mane qui est le fameux garçon qui suit Nola dans ses cauchemars, et qui au début est certes haineux envers elle, suites à des blessures du passées, mais son amour pour elle présent depuis le début "refait" surfaces. J'ai beaucoup aimé découvrir l' histoire qui lie Mane et Nola, dans un monde tout autre du nôtre, où c'est tous à fait anodins de croiser dieux et déesses. J'ai, également, beaucoup aimé le fait de voir les réponses tomber une par une, tout au long du récit, et voir la façon dont Nola réagit face à eux.
Ainsi, ce premier tome nous plonge dans un univers avec une ambiance très mystérieuse, et envoûtante. 
A peine fermer que j'ai déjà envie de me jeter sur le Tome 2 ... Mais, il va falloir que je sois un peu patiente, le temps de pouvoir le recevoir dans ma boite au lettre
Bref, j'ai adoré l'univers de l'auteur ! Ce fut un vrai coup de coeur !
Et vous, vous en avez pensé quoi ? Pour ceux qu'ils ne l'ont pas lu, est ce qu'il vous tente ou pas du tout ?
Amicalement,
Melissa
Ma note : 19/20

1 avr. 2020

Montaigne, stefan Zweig

Hello, aujourd'hui c'est un poste un peu particulier. 
Je suis retombé sur de vieille chronique, publié sur mon tout premier blog. Alors, je vous l'ai retravaillé un peu histoire de vous le reposter ici. En revanche, je préviens cette article sera courte. 
Franchement, avant mes chroniques n'avait absolument rien à voir avec ce que je fais actuellement.


Donc, aujourd'hui, je vais vous parler d'une biographie lut au lycée. Il était au programme du Bac de Français de 2016. Je me sens vieille tout d'un coup 😂😂😂, on se demande pourquoi.
Bref, comme je le disais plus haut, ce livre est une biographie que je trouve, plutôt bien réussi. Les phrases sont écrites de manières à ce que le lecteur lise cette biographie facilement. Nous entrons petit à petit dans la vie de Montaigne et comprenons mieux sa manière de penser sur l'éducation.



Auteur: Stefan Zweig
Edition: PUF (Presse Universitaire de France, parut en août 2012)
Nb de Pages: 125




Montaigne vit à l'époque des humanistes, il suit une éducation très avancé pour cette époque, qui est dicté par des amis humanistes de son père. C'est ainsi que nous suivons Montaigne, de son enfance jusqu'à sa mort. Nous pouvons observer la manière dont Montaigne s'est libéré intérieurement de toutes ces lois de la nature ? 
Montaigne à appris sur son soi intérieur et le bien fondée de chaque être humain. Moi, qui ne suit absolument pas très biographie, j'ai absolument kiffé… et je dis bien kiffé lire ce livre. C'était un veritable coup de cœur de lycéenne. En faite, on a absolument pas l'impression de lire une biographie. J'adore la plume de S.Zweig à travers ce texte.
Amicalement,
Melissa
Ma note: 19/20