11 mars 2020

Momzillas

Hey, salut à toi. Aujourd'hui on va parler d'un roman parlant de mère au foyer, vivant sous le regard impitoyables des autres mères bourges de Manhattan.

Auteur : Jill Kargman
Edition:  Fleuve (21 février 2008)
Nb de pages : 270

Mots de l'éditeur :
Cours de Yoga 1er âge, layette de créateur, crèche préparatoire aux grandes écoles : à New York, apprend à grimper les échelons, s'enseigne bien avant les premiers pas car, c'est bien connu, tout se joue avant six ans ! Alors lorsqu'on est une mère digne de ce nom, on ne lésine pas sur la dépense pour mettre toutes les chances du coté de son nouveau-né, à peine le cordon coupé. C'est ce que découvre Hannah, jeune maman d'une adorable petite fille de deux ans, lorsqu'elle pose ses cartons en plein Manhattan ... Elle qui était du genre à laisser sa fille manger des cookies au goûter va devoir s'adapter aux nouveaux objectifs d’éducation, fixés par son épouvantable belle-mère qui n'a qu'une seule idée en tête : voir l'indigne épouse de son fils chéri devenir enfin une super maman, une génitrice prête à tous les coups bas ... une Momzilla ! 
Après la chick-lit, découvrez la mom lit ! Quand les célibataires à la recherche de l'amour ont enfin trouvé l’homme idéal et fondé une famille, d'autres problèmes surgissent .. Toujours sur le même ton drôle, léger et délicieusement relevé, la crème de la nouvelle tendance littéraire !

Mon avis :

Je suis a la moitié du livre, enfin même plus ... et je ne sais toujours pas quoi en penser. J'ai lu 65 % du livre et je le lis avec peu d'emballement. Je suis vraiment déçu par ce livre qui avec son résumé promettait d’être surprenant et drôle mais en faite je m'ennuie depuis le début. Je n'ai même pas souris, j'ai même plus de pitié envers ce bouquin, et surtout, envers Hannah.
Personnellement, je n'ai qu'une envie c'est de giflé Hannah et de la secouer dans tous les sens en lui disant de se réveiller. Je déteste ce coté "nunuche" que l'auteure lui donne, à coté de ses mères que je trouve indigne. Hannah laisse ses fameuses mères lui dicter quoi faire avec sa fille, comment l'éduquer, dans quel école elle doit inscrire sa fille et comment elle doit l'habiller. Alors que ses mères sont "parfaites" juste en surface, car désolé, mais pour moi, une mère ce n'est pas celle qui laisse H24 son gosse à des nounous pour aller se pavaner partout. (Pardon je suis crus dans mes propos, et c'est bien la premières fois sur mon blog, que je le suis autant.) Pour moi, une mère est "parfaite" quand justement elle est imparfaite, qu'il y a des ratés , qu'elle laisse son enfant évolué à son rythme et que même si ce n'est pas "bien", qu'elle le laisse vivre en le mettant devant la télé, ou en lui donnant des céréales pour le petit-déjeuner. Car, une mère "parfaite " fait tout pour que son enfant soit heureux et en bonne santé, et non la course de l'enfant "meilleur" comparé à tous le monde. Une mère parfaite, à mon sens, n'est pas obnubilée par le succès que son ou ses chérubins adorés miroitera sur elle, si il y en a belle et bien un. Je trouve cela désolant, de forcer un enfant à arrêter de prendre le biberon et de le forcer à boire au verre à 10 mois. surtout, si cela ne vient pas de lui pour la simple et bonne raison qu'il n'est pas prêt. 
Après, ok je n'ai pas d'enfant et dans certains cas je trouve abusé que l'enfant fasse encore certaine chose passée un certain age. Et ok, je ne suis pas la meilleur placé pour parler éducation ... mais voilà, ça reste mon ressenti envers ce livre. 
Dommage ! Je ne sais pas si je vais continuer à le lire.  Je n'aime pas abandonner des livres en court de routes, comme je ne supporte pas mettre des notes inférieurs à 13/20. Mais, là .... Il ne vaut, pour moi, même pas 12/20.

Bon fin mots de l'histoire, j'ai sauté beaucoup de chapitre pour savoir ce qui ce passait à la fin et avoir le moment où Hannah dit les 4 vérité à sa belle-mère. Tout est à la fin, et je trouve ça vraiment dommage. 

Amicalement,
Melissa
Ma note : 10/20




Aucun commentaire:

Publier un commentaire